AGRO-INDUSTRIE: Le cacao grimpe à son plus haut niveau

Le cacao a atteint son plus haut niveau en trois ans (2000 livres la tonne à la Bourse de Londres et 3 234 dollars à celle de New York) grâce à une bonne demande mais aussi en raison d'un regain d'intérêt de la part des spéculateurs.

Le cacao a poursuivi sa hausse cette semaine, grimpant même à son niveau le plus élevé depuis trois ans à Londres (à 2000 livres la tonne jeudi) et depuis mai 2011 à New York (à 3 234 dollars la tonne jeudi). La fève brune, qui avait déjà atteint au début du mois des niveaux inédits depuis l'été 2011, affiche une nette progression depuis le début de l'année (+15 % à Londres, +18 % à New York), après avoir bondi de 25% l'année dernière.

Fondamentaux

Ce sont les fondamentaux du marché - caractérisé par un déficit d'offre et une demande vigoureuse - qui expliquent en partie cette forte progression.

Ainsi, "les bonnes données de concassages publiées la semaine dernière ont donné assez de raisons pour une hausse des prix", a jugé Jack Scoville, analyste de Price Futures Group. 

Le volume de fèves concassées (utilisé comme baromètre de la demande) en Amérique du Nord et en Asie ont progressé de respectivement 4,52 % et 5,2 % au deuxième trimestre, selon les données publiées par le secteur la semaine dernière.

Spéculation

Mais pour les analystes de Commerzbank, les spéculateurs sont également responsables de la hausse des cours du cacao. Ils estiment cependant qu'avec "une très bonne récolte secondaire en Afrique de l'Ouest, la principale région de production, il y a peu de raisons que les prix du cacao continuent de monter."

Ces bonnes récoltes ont conduit l'Organisation internationale du cacao (ICCO) à revoir à la baisse, en juin, sa prévision de déficit sur le marché mondial du cacao en 2013/2014 (de 115 000 tonnes à 75 000 tonnes).